Jour 12 – Masai Mara

RDV 6h30, frigorifiées… La température dans la tente est redescendue à 14°C ! Cette fois-ci, nous avons choisi de dormir habillées, la couette sur la tête.

La température dans les chambres

Et c’est parti pour un nouveau safari. Nous tapons dans nos provisions de grignotage afin de tenir le coup jusqu’au petit-déjeuner. Les montgolfières sont déjà dans le ciel…

Lever de soleil sur le Masai Mara

 

Montgolfières dans le ciel du Masai Mara

Nous croisons d’innombrables gnous, des bubales, et un duo de serpentaires.

Gnous

 

Bubales (ressemblent beaucoup aux topis, mais leur robe est plus claire et dépourvue de marques sombres)

Notre guide nous montre un échassier que nous découvrons pour la première fois de notre séjour : des jabirus du Sénégal.

Jabiru du Senegal

Tout à coup, non loin des jabirus qui ne manifestent aucun signe de crainte, nous apercevons une lionne en chasse. Nous l’observons de loin, puis nous continuons notre route. Nous avisons un gnou qui paît tout seul, et pensons que, s’il ne se dépêche pas de se trouver un troupeau, il finira dans l’estomac de quelqu’un… Un peu plus loins, nous remarquons une 2e lionne, qui a droit elle aussi à sa séance photo…

Lionne en chasse

 

Lionne en chasse

Notre guide est averti par radio que la 1e lionne que nous avons vue a tué le gnou solitaire. Demi-tour à bride abattue sur les pistes cahoteuses, nos têtes frôlent plusieurs fois le plafond, nous comprenons pourquoi nous compagnons de voyage ont demandé à se placer à l’avant de la jeep.

Nous arrivons à temps pour voir la lionne transporter sa proie. Elle semble longuement rechercher le meilleur endroit pour cacher sa proie des autres prédateurs (y compris de ses collègues) afin de la déguster tranquillement ensuite. Enfin, nous la voyons disparaître, puis réapparaître de l’autre côté du cours d’eau et se perdre dans les arbres.

Lionne transportant sa proie

 

Le gnou, c’est moi qui l’ai tué et je ne partagerai pas

 

Bon, c’est pas tout ça… Mais où est-ce que je vais bien pouvoir cacher mon déjeuner, moi ?

Retour vers 9h00 pour le petit-déjeuner. Pas grand-chose de chocolaté… Quelques céréales (Corn flakes, weetabix, rice krispies un peu bizarres qui ne gonflent pas dans le lait). Puis, grosses sieste qui nous emmène jusqu’au déjeuner.

Après le déjeuner, de retour dans notre chambre, nous entendons des meuglements. Impossible de voir quoi que ce soit de notre terrasse à cause des arbres. Nous allons voir du côté de la terrasse du bar. Les serveurs nous montrent où il faut regarder : des gnous hésitent à traverser. Après de longues minutes d’altermoiements, pendant lesquels les touristes arrivent de plus en plus nombreux, un gnou se risque à la traversée. Eau trop froide ? Il se ravise après quelques brasses et réussit à regagner le rivage qu’il vient de quitter. Plus, c’est la lutte pour remonter vers les autres. Après une nouvelle glissade spectaculaire, il nage un peu plus loin vers un chemin plus praticable, puis disparaît derrière les buissons.

16h00 : nous repartons en safari. Nous arrivons devant une hyène accompagnée de ses petits. Ceux-ci plongent instantanément dans leur terrier. Seul reste la mère qui nous regarde, ne sachant trop quelle contenance adopter.

Hyène

Puis, ce sont des troupeaux de gnous, à perte de vue, à la queue leu leu, des gnous partout…

Gnous a la file

Un peu plus loin, c’est un troupeau d’élands du Cap que nous croisons. C’est l’espèce d’antilope la plus grande au monde.

Elands du Cap

Puis nous rencontrons une famille de guépards. Moment magique… Contrairement à la famille de lions vus il y a deux jours, les petits sont beaucoup moins insouciants. Sans doute plus âgés, ils ne jouent pas, ils ont déjà des attitudes d’adultes. Mais toujours cette adorable frimousse de chatons.

Jeunes guépards

 

Maman guépard

Maman guépard

La maman termine de boire dans la mare autour de laquelle nous les avons découverts, puis la petite famille s’éloigne tranquillement.

 

Famille guépard

Un peu plus tard, c’est une autre famille que nous croisons, cette-fois ci de phacochères, au pied d’un arbre. C’est un animal timide, donc la maman ne tarde pas à détaler, trottinant la queue dressée vers le ciel, suivie par ses petits qui galopent tant qu’ils le peuvent afin de ne pas se faire distancer.

Famille de phacochères

Dans ce même arbre, plusieurs vautours sont installés.

Vautours

Nous testons la connexion internet de l’hôtel : une heure pour 4 $ (en fait, un peu moins, car ils n’avaient pas de pièces de monnaie, donc ils nous ont rendu plus que ce qu’ils auraient dû). L’heure se paye à l’avance, une fois celle-ci écoulée, la connexion se coupe. Cela évite les mauvaises surprises liées aux dépassements. Difficile de mesurer la vitesse de la connexion, tellement notre pauvre PC rame !

Dîner d’adieu. Le personnel, toujours aussi prévenant, nous a préparé une table de 8 au bord de la piscine, avec service pour nous tout seuls et danse Masai d’adieu.

Danse masai d’adieu

Nous faisons nos adieux aux gentils cuisiniers et au serveur qui était spécifiquement chargé de s’occuper de nous. Pourboires pour tout le monde. Ils me font promettre de continuer à apprendre le kiswahili.